Des chatouilleuses à la quête de la départementalisation

CC , Zaina Méresse organise sa troupe, Archive départementale de Mayotte

CC , Zaina Méresse organise sa troupe, Archives départementales de Mayotte

«Quand un ministre comorien venait à Mayotte pour nous implorer d’arrêter nos actions, nous commencions par tirer sa cravate tout en l’interrogeant, puis on criait «chatouillons-le !»»(Zaina Merésse). Il s’agit là semble-t-il d’un nouveau mode de protestation apparemment amusant, mais aussi d’une arme qui ne devait pas laisser de trace.

Au début des années 1960, l’archipel des Comores obtient du gouvernement français le statut d’autonomie interne. Mayotte, l’une des quatre îles de l’archipel subit le transfert de sa capitale à Moroni, en Grande Comore. Tous les services administratifs, les fonctionnaires mahorais sont mutés aux Comores. C’est dans ce contexte que les femmes de Mayotte s’unissent pour créer le mouvement des chatouilleuses dirigé par Zéna M’déré et Zaina Méresse pour s’opposer à cette mesure et revendiquer le maintien de Mayotte dans le giron français.

Les Chatouilleuses : les seules militante pour une «Mayotte française»?

Mon sujet porte sur le rôle des femmes Marmorises dans l’histoire politique de Mayotte dans les années 1960-1970. Depuis son commencement, le combat politique pour Mayotte française dans les années 1960-1970 a toujours été féminisé, car c’est à cette période qu’elles s’engagent dans la politique pour mener un double combat : détacher l’île du reste de l’archipel des Comores, lutter pour le maintien de Mayotte dans le giron français, jusqu’à ce qu’elle obtienne son statut de Département. Ces femmes musulmanes illettrées, jamais scolarisées, qui se sont surnommées «sorodas» ou « chatouilleuses » se sont toujours revendiquées comme les seules à avoir mené ces luttes : selon elles, les hommes étaient corrompus par le gouvernement comorien (qui était contre le rattachement de Mayotte à la France) et leurs revendications n’aboutissaient jamais.

Jusqu’à aujourd’hui, plusieurs personnes restent persuadées que le combat pour Mayotte française est avant tout féminin, qu’on le doit d’abord à ces femmes. Cette idée est due peut-être, au fait qu’elles étaient sur le devant de la scène du combat. Elles s’opposaient physiquement, pacifiquement ou violemment à ceux qui étaient contre leurs idées, et les sources ne mentionnent aucune femme hostile à l’idée de Mayotte française, alors que plusieurs hommes étaient contre. Sur les photos de l’époque, on voit surtout une masse populaire féminine dans toutes les manifestions. Très souvent, on voit ces femmes brandir le drapeau tricolore de la République française, ainsi que des banderoles avec les mots : « Nous voulons être français pour être libres ».

CC , Manifestation des femmes en 1974 , Pierre Pujo

CC , Manifestation des femmes en 1974 , Pierre Pujo

Objet d’étude, avec quelles sources?

Les sources sur ce sujet sont très variées : je travaille avec des témoignages oraux, des articles de magazine et de journaux de l’époque, des photographies ainsi que des extraits de sentences judiciaires. L’analyse des sources permet de reconstituer l’histoire du combat politique mené par ces femmes, ainsi que leurs actions violentes ou pacifiques.

L’objet de cette recherche est d’étudier cette mobilisation féminine collective pour mieux comprendre et connaître concrètement leur rôle dans l’histoire politique et dans l’ancrage de l’île au sein de la République. Cette période que nous étudions ici peut être définie comme une période charnière de l’émancipation des femmes mahoraises. Il est important de rappeler que ce combat a été initié par les notables masculins de Mayotte en 1958, puis repris par les femmes dans les années 1960-1970. Elles n’agissaient pas seules : plusieurs lettrés comme Marcel Henry et Younoussa Bamana ont été à leur côté dans ces luttes. En somme, le combat pour l’ancrage de Mayotte dans la République française a réuni les femmes, les hommes mahorais, voire toute la population de l’île, ainsi que des hommes politiques français de cette cause « départementaliste ».

 


Daniel Selemani

Étudiant en Mater 1 recherche histoire, je travaille sur le rôle des femmes mahoraises dans l'histoire politiques à Mayotte dans les années 1960-1970 sous la direction de Sylvie Chaperon.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *