Mutilations féminines en Afrique : modifiez ce sexe que je ne saurais voir

Excision d'une jeune femme dans l'Oubangui-Chari au début du XXe siècle, CC, wikipédia.org

Excision d’une jeune femme dans l’Oubangui-Chari au début du XXe siècle, CC, wikipédia.org

Au XIXe siècle déjà et jusqu’aux indépendances, médecins, ethnographes et voyageurs français se sont intéressés aux excisions rituelles en Afrique. Quels regards ont-ils porté sur ces pratiques ? Ce sujet permet d’étudier sur deux siècles l’évolution de la manière de percevoir et de traiter de ces mutilations.

Même si ces auteurs s’inscrivent dans une logique coloniale ou se mettent au service de leurs propres intérêts, ces documents livrent des éléments importants sur les sociétés africaines et sur l’impact sociétal et culturel de ces mutilations.

Mutilations génitales féminines plurielles et singulières ?

Travailler sur l’excision en Afrique au XIXe et au XXe siècle, c’est se confronter à plusieurs réalités. Le terme d’excision au singulier catégorise toutes ces pratiques en une seule. Il en existe pourtant plusieurs, autour de différents rites, selon les régions africaines : par exemple, l’excision des grandes lèvres parfois suivie de l’infibulation en Afrique orientale, ou bien des modifications expansives, connues sous le nom de tablier Hottentot, étudiées par les savants comme caractéristique de l’hypersexualité.

Même si ces pratiques sont plus répandues dans des espaces géographiques multiples en Afrique, elles se retrouvent aussi en Amérique du Sud et en Océanie. En Occident, ces pratiques ne sont pas inconnues et les médecins européens du XIXe siècle considèrent que l’ablation du clitoris est un moyen d’empêcher la masturbation et de soigner la « nymphomanie » et le lesbianisme. L’opération continue d’être pratiquée par les médecins américains jusque dans les années 1970.

 Corps humain, corps social, corps culturel

Les mutilations sexuelles féminines sont bien plus qu’une curiosité exotique. Loin de nos modes de vie et de pensée, elles soulèvent de vraies questions sur les sociétés européennes et africaines. Elles questionnent des sujets majeurs, comme les sciences et la politique. L’enjeu est double puisqu’en histoire, l’européocentrisme met de côté l’Autre, ce qui explique en partie le peu de travaux sur le sujet. L’oubli sélectif concerne cependant aussi l’Occident. Dans ce cas de figure, c’est l’histoire des femmes françaises qui est mise de côté.

Ce sujet dévoile un système de domination complexe des hommes blancs sur les hommes noirs et des hommes sur les femmes ; une question de minorités dans les minorités. Il permet de mieux comprendre les sociétés dans lesquelles on pratique l’excision et la vie des femmes à une époque donnée. Il faut comprendre les réseaux, les liens entre les individus, en tenant compte des représentations européennes pour ne pas écarter ce que ces travaux apportent sur la connaissance de la vie des femmes en Afrique. On apprendra aussi en quoi ces mutilations qui dénaturent le corps leur donnent une place spécifique dans leurs sociétés.

La panoplie du médecin de brousse, CC, wikipédia.org, coll. Musée Albert Schweitzer à Kaysesberg

La panoplie du médecin de brousse, CC, wikipédia.org, coll. Musée Albert Schweitzer à Kaysesberg

Sources médicales et ethnographiques, de l’imaginaire au silence

La littérature scientifique française qui s’intensifie sous l’effet de la colonisation, comme les revues d’ethnographie ou les ouvrages médicaux spécialisés, constitue mon corpus principal. Ces savoirs sont construits par des hommes, blancs, européens, savants, et doivent être analysés et décryptés en tenant compte de ces biais. L’impact direct des mutilations sur la vie des femmes, de même que la question de la souffrance, de la douleur et du danger de mort n’apparaissent pas dans les sources. De plus, les auteurs font une analogie entre excision et circoncision.
Travailler sur un temps assez long permet d’effectuer cette analyse et, ultérieurement, de compléter les sources par des récits de voyages, des témoignages éventuels sur la culture orale africaine pré-coloniale ou des écrits africains post-coloniaux.

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Gustave Courbet


Jeanne Garcia

Etudiante en deuxième année de Master en histoire contemporaine à l'université Jean Jaurès-Toulouse II. Mon travail, mené sous la direction de Sophie Dulucq, professeure d'histoire contemporaine et spécialiste de l'Afrique Subsaharienne à l'époque coloniale, porte sur les mutilations sexuelles féminines en Afrique du XIXe siècles jusqu'aux indépendances.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *