L’œuvre au rouge : le traitement et l’analyse des sources

Cachet papier de l'évêque de Cahors Henri-Guillaume Le Jay, contenu dans une série d'actes notariés. Archives départementales du Lot. Tous droits réservés.

Cachet papier aux armes de l’évêque de Cahors Henri-Guillaume Le Jay, contenu dans une série d’actes notariés de la fin du XVIIe siècle. Archives départementales du Lot, 3 E 1258 – 1. Tous droits réservés.

Pour filer la métaphore de l’alchimie, le traitement et l’analyse des sources relèvent de l’œuvre au rouge, placée sous le signe d’une bonne étoile, le Soleil. Il faut unir les différents composants alchimiques pour pouvoir progresser vers le Grand Œuvre.

En l’occurrence, les données recueillies au cours de ma recherche sous forme de notes papier ou prises avec mon ordinateur au format .docx sont ensuite réunies en créant des fiches grâce au logiciel FileMaker Pro qui éclaire mes recherches tel un soleil.

FileMaker Pro, Soleil alchimique ?

Certes, je ne suis pas très expérimentée dans l’usage de ce logiciel, mais j’espère progresser. La prise en main a été progressive tout au long du cours de M. Sébastien Poublanc. Son cours a fait office d’athanor. Pour l’instant, FileMaker Pro me permet de mettre en relation une fiche correspondant à une source, dans une table dédiée aux sources, avec une autre fiche consacrée à un étudiant, appartenant à une table intitulée « Étudiants ». J’ai toujours un temps de décalage entre le moment où je découvre une source en la transcrivant le plus souvent partiellement et le moment où je réalise sa fiche sous FileMaker Pro.

Transcrire puis analyser les sources

Première étape dans le traitement des données, la transcription des sources pose des soucis de paléographie : il m’arrive de prendre une photographie des termes difficiles à déchiffrer. Cela me permet de réétudier ces mots un peu plus tard, ce qui résout parfois certains problèmes. Le contenu des sources est varié, il me faut réussir à assembler des éléments divers autour d’arbres généalogiques simplifiés et partiels que je trace sur des feuilles de papier dans un premier temps. Cet assemblage de données, propre à l’œuvre au rouge, participe de l’analyse des sources.

Les sources réservent aussi des surprises lorsque j’arrive à retrouver des hommes susceptibles d’avoir été des « étudiants » car leur titre ou leur fonction nécessite d’avoir accompli un parcours universitaire, ce qui augmente d’autant plus le corpus recensé par M. Patrick Ferté. Le traitement et l’analyse des noms propres pose aussi question. Il est nécessaire de ne retenir qu’une forme autant que possible mais parfois les sources sont d’une grande complexité, comme pour les familles Dufranc et Lefranc de Cahors qui, aux XVIe et XVIIe siècle, semblent ne faire qu’une. Certains noms communs sont parfois aussi relativement sibyllins. Dans les registres notariés, il m’arrive de rencontrer des termes issus de l’occitan, ce qui m’incite à recourir à des dictionnaires comme celui de Paul Cayla qui a recensé de nombreux termes languedociens retrouvés dans des actes notariés entre 1535 et 1648. Ce dictionnaire figure parmi les usuels de la salle de lecture des Archives départementales de la Haute-Garonne. Je l’ai découvert récemment grâce à Mme Geneviève Douillard, conservatrice aux Archives départementales de la Haute-Garonne. Enfin, localiser certains lieux oubliés, souvent de petits hameaux, est également une gageure.

J’écris souvent en passant par différents brouillons, plus rarement d’un jet. J’étudie les sources non numérisées davantage sur place que chez moi, quoique je prenne des photographies pour pouvoir retravailler ensuite certains éléments. Il peut m’arriver de faire tirer certaines photographies en format 15 x 20 cm : le but est d’agrandir sensiblement le document initial et de faciliter sa lecture. Je préfère travailler sur place pour profiter des documents originaux, registres notariés ou autres comme le manuscrit de notes généalogiques de l’abbé Solacroup de Lavayssière, réalisé au XVIIIe siècle et conservé à la Bibliothèque Patrimoniale et de Recherche du Grand Cahors. Je travaille chez moi en revanche sur les registres paroissiaux numérisés.

Analyser les sources demande de croiser les informations contenues par plusieurs d’entre elles, les références entre fiches « source » et « étudiant » réalisables sous FileMaker Pro sont alors très utiles. Réunir les données ouvre encore et toujours des perspectives nouvelles. Ceci dit, l’œuvre au rouge est loin d’être totalement aboutie.

Crédits Image à la Une : Timbre papier de la généralité de Montauban, de la fin du XVIIe siècle, extrait d’un acte notarié contenu dans une liasse, cotée 3 E 1258 – 1 aux Archives départementales du Lot. Tous droits réservés.

 

 

 


Isabelle Laur

Je suis étudiante en Master 2 Histoire, Civilisations, Patrimoine à l'Université de Toulouse 2-Jean Jaurès pour l'année universitaire 2016-2017. Je suis titulaire d'un CAPES d'Histoire et Géographie. J'ai précédemment accompli un Master 2 Archives et Images à l'Université de Toulouse 2-Jean Jaurès en 2015-2016. J'ai obtenu le concours d'attaché territorial de conservation du patrimoine option Archives fin septembre 2016.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *