Excel, cette plaie

header-enssib

Tous droits réservés, Les rouages de l’histoire, Bulletin des Bibliothèques de France, Anonyme, 2016.

Dans le cadre de mes recherches et plus largement de mes études, j’ai tendance à travailler sur des logiciels de traitement de texte, de statistiques et de présentation. Si la plupart me sert de support d’écriture et de communication, d’autres sont directement consacrés à l’analyse de mes sources. 

Au cours des deux années de mon Master recherche, je recense et analyse mes sources sur deux logiciels: Word et Excel. Ce dernier me permet de collecter progressivement toutes les informations contenues dans les arrêts de la Cour de justice de Toulouse. L’utilisation de ce logiciel m’a forcée à penser rapidement les différents axes de mon sujet et donc à être mieux organisée. Plus que tout autre chose, cela m’a permis de gagner un temps précieux en créant des catégories, notamment dans les formes de collaboration féminine et une mise en page claire, m’évitant ainsi de le faire au moment de l’écriture.

De plus, la réalisation d’une analyse quantitative sur les faits de collaboration et les chiffres de l’épuration en Haute-Garonne ne pouvait faire l’impasse de logiciels tels qu’Excel ou encore FileMaker. J’ai choisi de travailler à partir d’Excel car il m’est plus familier et je maîtrise davantage ses fonctionnalités. A partir de ce logiciel, j’ai réalisé lors de ma première année de master une base de données relativement importante à partir de 381 arrêts. Les différentes feuilles de calcul ainsi produites m’ont permis de générer de nombreuses statistiques grâce à la fonctionnalité « Tableau croisé dynamique ».

Le côté obscur d’ Excel

Malgré un gain de temps considérable pour créer des statistiques à partir de diverses sources, ce logiciel implique une grande rigueur et une application au fur et à mesure du remplissage des feuilles de calcul. En effet, il est nécessaire de réfléchir préalablement aux catégories que l’on souhaite faire émerger et surtout d’uniformiser sans cesse la prise de notes afin d’avoir des statistiques « propres ». A cela s’ajoute la mise en page des statistiques, sous forme de tableaux, de diagrammes en barres ou encore circulaires, qui doit être rigoureusement identique d’une étude à l’autre et qui prend un temps considérable pour qui souhaite s’y atteler.

Enfin, passer autant de temps à collecter des informations, à les classer et surtout à les mettre en page sous forme de statistiques précises est un travail minutieux qui peut être fastidieux. Je l’ai parfois vécu comme un exercice frustrant car éloigné de ma vision de la recherche en histoire. Ainsi, j’ai souvent eu le sentiment de faire plus de statistiques que de l’histoire.

Un nouvel espoir

Fort heureusement, ma deuxième année de recherche est consacrée à une analyse qualitative des discours de défense des accusés des deux sexes. Pour ce faire, je m’appuie sur le logiciel de traitement de texte Word. L’analyse de mes sources et le travail d’écriture relèvent de Word. Je trouve qu’il y est plus facile de formuler des hypothèses, de corriger et de recommencer.

Si nombre de mes camarades travaillent sur Word pour la mise en page de leur mémoire, la méthode d’écriture, elle, est propre à chacun. En ce qui me concerne, j’éprouve des difficultés à construire un plan très détaillé sur un exercice aussi long. Une fois qu’il est cohérent, j’écris et je présente mes recherches d’un trait.

Quant à ma prise de notes sur place, je la fais généralement sur un support papier. Je préfère étudier ces sources directement sur place pour une raison pratique : je manque souvent de visibilité et de clarté lorsque j’essaie de lire sur mon ordinateur, une photographie d’un document émis à la Libération, sur du papier très fin. De plus, je ne peux faire imprimer les sources que je consulte, à cause de leur profusion mais aussi car elles ne sont consultables qu’en salle de lecture.

 

Crédits Image à la Une : Tous droits réservés, Rue 89, Enora Denis, 2016.

 


Lisa Laborde-tuya

En 2016, étudiante en master 2 Histoire, Civilisations, Patrimoine à l’ Université Jean Jaurès de Toulouse, je réalise un mémoire sous la direction de Sylvie Chaperon, sur les Femmes collaboratrices en Haute-Garonne de par mon intérêt pour l’Histoire des femmes, les questions de genre dans la guerre et la thématique de femmes et violence. Diplômée d’un BAC ES option européenne anglais, j’ai par la suite obtenu une licence Bi-disciplinaire en Histoire et Histoire de l’Art, Archéologie dans cette même université.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *