Attention aux sources !

shelves full of files in an old archive

Document d’archives rangés sur des étagères, Archives municipales d’Angoulème, http://www.angouleme.fr/archives-municipales

Les sources … pilier de la recherche. Sans elles, une étude verrait difficilement le jour. La multitude de documents pouvant être une source (ouvrages, photographie, discours …) permet à l’historien d’aborder son sujet plus librement.

Pour ma part, les différentes sources auxquelles je suis confronté font l’objet d’un traitement spécifique que je détaillerai dans ce billet.

Choisir, utiliser et surtout traiter les sources

Tout d’abord, concernant les logiciels que j’utilise pour exploiter mes sources, le principal est Libre Office. C’est sur ce support que j’organise mes documents d’archives dans une base de donnée, ce qui me permet de trier et d’analyser mes documents. Cette base de donnée, ainsi que les outils offerts par ce traitement de texte, me permettent de créer de nombreux graphiques. Ayant déjà eu à utiliser ces différentes fonctions, je n’ai aucun mal à construire des données statistiques sous formes de camemberts, de barres etc.

Libre Office me permet également d’organiser ma bibliographie, là aussi dans une base de donnée. Je met en relation les ouvrages traitant de thèmes communs (Révolution, criminalité, Midi Toulousain …) ce qui me permet, lorsque je suis en pleine rédaction ou que je recherche un aspect précis, de gagner du temps et de trouver plus rapidement les documents en accord avec mon questionnement. Cependant, avant de se retrouver dans cette base de donnée, l’utilisation du logiciel Zotero est primordial. C’est grâce à celui-ci que je peux me construire une bibliographie satisfaisante via son utilisation : enregistrer un document, peut importe le site où on le trouve, avec des normes de présentation (parfois à retravailler mais le principal est présent) qui peuvent ensuite être organisées selon notre bon vouloir pour construire une bibliographie personnelle. Ce logiciel me parait comme un élément indispensable grâce au gain de temps qu’il engendre, il en devient un atout majeur pour l’historien qui n’a plus à écrire mot par mot les caractéristiques d’un document.

Des logiciels utiles … mais parfois difficiles à utiliser

Je tente de rester simple dans l’utilisation de logiciels, je ne souhaite donc pas utiliser un grand nombre d’outil numérique étant donné que je n’en éprouve pas le besoin. Cette façon de travailler ne me confronte donc pas à de grands problèmes concernant l’utilisation de mes logiciels. Mais même dans les logiciels que j’utilise, il m’arrive d’être confronté à quelques problèmes techniques. Libre Office, pour commencer, devient parfois lent lorsqu’on commencer à traiter un sujet vaste comme le mémoire sur plusieurs dizaines de pages. De même, certaines fonctions peuvent parfois être compliquées à trouver. Beaucoup de paramètres sont offerts par le logiciel ce qui rend parfois la navigation un peu brouillonne.

Du point de vue des illustrations, il m’est arrivé que celles-ci ne s’affichent par correctement à l’endroit souhaité ou encore que leurs légendes décident de s’afficher sur le côté et non pas en dessous. Hormis ces quelques détails, Libre Office reste le traitement de texte que j’utilise le plus. J’ai eu également à travailler sur Word car, comme je l’ai dit, Libre Office supporte mal les gros fichiers. J’ai donc du transférer mon mémoire sur ce logiciel que je n’ai cependant pas réellement exploiter. Mais il est vrai que la navigation parait plus clair, plus fluide et un réel avantage est la possibilité de passer d’un chapitre à un autre via un volet sur le côté reprenant notre plan.

A propos de Zotero, peu de réels problèmes se posent. Mon principal soucis vient principalement de la mise en ligne de tel ou tel document que véritablement du logiciel. Les auteurs des notices bibliographiques n’ayant pas rigoureusement rentré les informations de la source (nom et prénom de l’auteur, année de publication, maison d’édition …), il est possible de se retrouver avec des sources très mal décrite. Zotero prenant en compte les informations de la page Internet n’est donc pas coupable de tout cela, à l’inverse de la négligence de certains utilisateurs.

S’approprier les sources 

Avant toutes choses, je me dois de trouver toutes ces sources. Quelques soit celles-ci, je sais précisément ce que je recherche : pour cela, j’établis une liste de documents pertinents pour mes futures recherches. Par la suite, si ce sont des ouvrages, je me rends à la bibliothèque où se trouvent ces informations, je les lis et je photographie les passages les plus importants afin de garder en mémoire ces documents.

Il m’arrive aussi d’acheter certains livres dont je sais que je réutiliserai très souvent, tels que les travaux de Mme Sottocasa sur le brigandage. Concernant mes archives, je prévois plusieurs heures dans une journée, voir la journée entière, pour m’y consacrer. Je me rends donc aux Archives départementales de Toulouse et je photographie tout les documents pouvant m’aider dans mon mémoire. Lorsque je rentre chez moi, je transfère alors les photos de mon téléphone à mon PC puis, le week-end, je consacre mon temps à rentrer ces documents dans ma base de donnée.

Il m’arrive très rarement d’imprimer mes sources, je préfère les garder sous formes numériques. Ainsi, je peux les organiser comme bon me semble et donc les retrouver plus aisément, à l’inverse d’un support papier qui peut être perdu beaucoup plus facilement. J’ai déjà eu à imprimer certains documents, notamment dans le cadre d’exposés écrits ou oraux afin d’illustrer mon sujet mais ceci représente l’unique exception.

Crédit image à la Une : Plantu, Le Monde


Cédric Mazel

Je m’appelle Cédric Mazel. Une fois ma licence d’histoire obtenue, je voulais continuer dans cette voie et plus particulièrement sur l’époque moderne (mais aussi contemporaine). C’est pour cette raison que j’ai décidé de m’inscrire dans le master histoire et civilisation moderne et contemporaine à l’université Jean Jaurès de Toulouse.
Ayant toujours été curieux par tout ce qui touche la criminalité et la justice, les travaux de Mme.Sottocasa sur le brigandage m’ont permis de m’orienter sur un sujet similaire. J’ai donc décidé de travailler sur le brigandage dans le midi Toulousain durant la Révolution, période marquée par des changements sociaux importants.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *