Histoire des fanfreluches mais pas nunuche, Toulouse, XVIIIe

CC Wikipédia, Le baiser à la dérobée, Jean-Honoré Fragonard, fin XVIIIe

CC Wikipédia, Le baiser à la dérobée, Jean-Honoré Fragonard, fin XVIIIe

« L’histoire c’est n’est pas vraiment une discipline sexy, ce n’est ni du glamour ni des paillettes » me suis-je entendu dire lors d’un cours de licence alors même que je commençais à m’orienter vers un master recherche. Dommage, car moi ce sont les dentelles et les falbalas, les soieries et les brocarts au fil d’or qui me mettent des étoiles plein les yeux.

Mais alors, faire l’histoire de la culture des apparences, aborder les vêtements, atours et autres parures du corps serait-ce là si incompatible ?

Plan de collection : esquisse d’un sujet

Impossible, non. Paradoxal, peut-être un peu. Mais c’est précisément là où réside tout le charme du sujet. Faire l’histoire des vêtements et de la mode à Toulouse au XVIIIe siècle c’est l’ambition d’un projet personnel, la suite logique d’un parcours initial en études supérieures dans le milieu de la création vestimentaire et du stylisme qui a éveillé en moi l’envie de connaître l’envers du décor ou plutôt les dessous des frous-frous et autres jupons. Et cela tout en tâchant de se défaire des lieux communs et d’en découdre avec ce vieux poncif consistant à croire que la mode n’est que chose futile.

Le vêtement, objet matériel ténu est un révélateur des mentalités des sociétés : il est un des témoins qui les extériorise en les exhibant directement sur le corps. L’objet d’étude se situe donc en plein coeur de l’enchevêtrement complexe de l’histoire culturelle, à la croisée entre histoire de la culture matérielle et histoire des mentalités. Le phénomène social et percutant qui en découle pourrait ainsi se synthétiser en un terme : la mode.

À un degré encore supérieur, il s’agit d’interpréter le concept de « culture des apparences » – pour reprendre l’expression empruntée à Daniel Roche (Daniel Roche, La culture des apparences. Une histoire du vêtement XVII-XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1989) – : une histoire des pratiques qui découlent de l’habit et du costume ainsi que les perceptions et représentations du corps qui leur sont liées, plutôt qu’une simple histoire du vêtement. En renversant le rapport, ce n’est plus le vêtement porté sur un corps qui prend sens et qui intéresse l’historien, mais à l’inverse, la figure humaine et son corps arborant le vêtement. Cette approche presque anthropologique ou pour le moins sociologique peut être révélatrice de concepts liés à la construction du genre comme la féminité et/ou la masculinité.

CC Gallica, L’essai du corset, gravure de A-F Dennel, 1788

Saisonnalité des silhouettes : le cadre spatio-temporel

Le XVIIIe siècle peut être considéré comme un siècle charnière. La date de 1789, souvent prise comme jalon chronologique pour l’inauguration de la « grande renonciation masculine » en terme d’ornementation du costume (John Carl Flügel, The psychology of clothes, Londres, Institute of psycho-analysis and hogarth press, 1930) n’est en fait qu’un marqueur artificiel, voire caricatural. Par commodité, la Révolution peut aisément servir à schématiser un concept abstrait tel que le basculement des mentalités en un événement daté et borné, alors même que ce basculement a été ressenti bien avant dans les mœurs et esprits de l’époque.

Le Siècle des Lumières a un effet percutant dans le renouvellement de la pensée moderne et cela a forcément un impact sur la culture des apparences puisqu’elle est une des expressions de cette même pensée. « L’empire de la mode » pour reprendre les mots de Braudel dans son ouvrage Civilisation matérielle, économie et capitalisme. XVe-XVIIIe  s’en trouve lui aussi modifié. Ceci, alors même qu’il prend son sens le plus actuel – à savoir le suivi rigoureux de l’actualité – à partir de 1700 seulement. Le choix des bornes chronologiques du sujet en découle, alors que le cadre spatial local et provincial – Toulouse – reste purement arbitraire. Cela amène naturellement à la comparaison avec Paris – lieu d’expression le plus notable de la mode et cas le plus largement étudié.

Dossier technique : montage du corpus

Pour traiter d’un tel sujet, quelles sources aborder ? Le textile est chose fragile et force est de constater que la majeure partie du contenu des armoires de l’époque n’est parvenue jusqu’à nous que par le biais des sources écrites. Encore une fois, c’est en écho à Daniel Roche et à son ouvrage La culture des apparences que j’envisage ma démarche – à la fois en termes de recherche historique mais aussi en termes de traitement des sources. Un des témoignages les plus évidents et systématiques du vêtement réside dans les inventaires de biens après décès.

Il s’agit donc avant tout de donner vie à des sources notariées sèches afin d’en extraire la sensibilité textile et d’en matérialiser la réalité, la perception. Le vêtement est en effet un bien de consommation qui mobilise divers sens et avant tout celui de la vue et du toucher. Qu’est-ce par exemple qu’« un habit de couleur minime », « une manchette d’homme », « un corps de robe »…? L’enjeu est de faire émerger des sources écrites et autres vieux papiers listant méchantes culottes ou vestes hors d’usage le tableau visuel, vivant et culturel de la mode et de ses pratiques à Toulouse à la fin de l’Ancien Régime.


Talissa Piboubès

Étudiante en M1 recherche en histoire moderne mon parcours fluctue entre théorie et création. Le centre de gravité, lui, reste le même : la mode et les vêtements. Après un baccalauréat STI Arts Appliqués au lycée des Arènes à Toulouse, la petite provinciale monte poser ses valises dans la capitale le temps d'un BTS Design de mode à l'école Duperré. Le stylisme c'est pas si futile, et si pour créer je voulais m'étoffer de connaissances historiques ? La suite du projet est toute tracée. Retour dans le midi, je rentre à l'Université Toulouse II Jean Jaurès pour étudier l'histoire et plus précisément celle de la mode. Ma thématique de recherches dans le cadre du Master se centre sur les vêtements et la culture des apparences à Toulouse au XVIIIe à travers les inventaires de biens après décès.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *