Un grand mot implique de grandes responsabilités

Pitch Power of words, Mehdi Amini

Power of words, Mehdi Amini

Dans ce titre, il faut reconnaitre une phrase déformée de l’univers de Spider-Man : « Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités ». Les mots ont un pouvoir, ils sont choisis pour exprimer la réalité que perçoit l’auteur. Je travaille sur les concepts qui sont convoqués lorsque l’on utilise un mot.

Le poids des mots est ce qu’ils représentent pour celui qui les énonce et pour celui qui les reçoit. Ces significations changent, évoluent et transforment autant leur propre sens que les catégories et la perception de nos sociétés. Des études ont déjà été faites sur des mots qui charrient des concepts comme révolution, bandit, histoire, nationalité ou encore peuple. J’ai décidé de m’intéresser au mot anarchie …. Ne fuyez pas ! Je vous explique.

 Un mot, un concept. Un concept, des mots

Les mots ont un but à atteindre dans l’esprit de ceux qui les reçoivent, ils doivent faire appel à des sentiments chez les lecteurs. Je regarde le langage comme une structure de la société. Les mots sont choisis car ils permettent par un accord informel de désigner les mêmes choses pour une personne parlant la même langue et vivant au même moment. Prenons un exemple : dans « Quelle élection ! », le mot élection, sans d’autre précisions peut être compris de différentes manières selon le temps, l’espace et les personnes. Si l’on prend cette phrase le 8 novembre 2016 le mot élection désigne les élections  présidentielles américaines de 2016. Prenons cette phrases et parcourons seulement 19 jours, soit le 27 novembre 2016, le même mot désignera les élections de la primaire française de la droite et du centre. Ajouter une expression de surprise renseigne sur le locuteur et sur sa perception des événements. Le discours est le fruit de cette structure, mais il est aussi agissant. En utilisant une simplification comme nous/vous il y a une conception de ce que représente le nous et une exclusion en utilisant le vous. L’exclusion peut créer des catégories.

Le langage et l’histoire

La anarquía del año XX, Noé, Luis Felipe. Museo Nacional de Bellas Artes Tout droit réservé

La anarquía del año XX, Noé, Luis Felipe, 1961. Museo Nacional de Bellas Artes Tout droit réservé

Le mot anarchie est un outil du langage politique. Elle représente le chaos, on utilise ce mot comme repoussoir et simplification d’un temps passé : l’anarchie féodale est une expression très utilisée aux XVIIIème et XIXème siècles. Pendant la Révolution française, le mot suit un parcours tortueux, il est d’abord employé pour justifier la nécessité du roi, seul un pouvoir unique permet de résoudre un moment d’anarchie. Le mot anarchie accouche rapidement d’anarchiste dès la Révolution. Il désigne des personnes agissant dans le but de répandre l’anarchie. Une catégorie est née, on réunit sous le même nom des personnes qui, sans ce lien créé par leurs supposé ennemi n’auraient pas eu d’autres relations entre eux. À partir de la moitié du XIXème siècle, le mot prend un sens positif avec les écrits de Pierre-Joseph Proudhon. L’anarchie est une revendication, le mot se transforme, il agrège des doctrines politiques. Aujourd’hui si on consulte les correlats du mot anarchie sur Internet, les mots proposés sont collectivisme, communisme, socialisme. Beaucoup de -isme en somme.

¡ Viva la anarquia !

Mon but n’est pas de savoir comment le mot est arrivé à son sens actuel mais plutôt de comprendre ce qu’il signifiait pour les personnes qui l’employaient. Dans l’historiographie argentine, un moment de l’histoire de Buenos Aires est appelé anarquía del año veinte (l’anarchie de l’année vingt). Cela fait référence aux changements politiques à Buenos Aires. Dans cette ville se trouve le Director Supremo de las Provincias Unidas del Río de la Plata, cette charge est occupé par José Rondeau. Sa fonction est de diriger les provinces unies du Río de la Plata. Ces frontières correspondent en grande partie à l’Argentine actuelle. Le 1er février 1820, la ville est attaquée par des hommes de guerre. Les défenseurs de la ville sont défaits à la bataille de Cepeda. Le Directeur suprême doit s’incliner et quitter sa fonction. L’historiographie parle alors de période d’anarchie ou de troubles politiques pour les jours qui suivent. Et cette anarchie prend fin en octobre 1820 avec l’intervention armée de Juan Manuel de Rosas. Cet événement lui vaudra le nom de Restaurador de las leyes (restaurateur des lois). Beaucoup de questions découlent de ce bref récapitulatif. Qui utilise ce mot pour désigner cette période, et depuis quand ? Peut-on voir à travers l’utilisation du mot anarchie pour désigner ce moment comme une volonté de montrer ce qui relève de l’anormal, ce qui n’est pas la norme.


Guillaume Balfet

Je suis étudiant en première année de master Histoire, Civilisations, Patrimoine à l'époque contemporaine à l'Université Toulouse II Jean Jaurès. Je travaille sur le mot anarchie et la catégorie anarchiste en Argentine au XIXème siècle sous la direction de François Godicheau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *