Tous en choeur ! « Heidi ! La petite fille des montagnes »

Martine aux sports d'hiver, Tous droits réservés.

Martine aux sports d’hiver, Tous droits réservés, Julia James.

Cet article tombe à pic ! (j’arrêterai peut-être un jour les allusions à la montagne, peut-être !) Actuellement en pleine exploration de mes sources et en pleine découverte de Filemaker Pro, je vais pouvoir expliquer ici ma manière de procéder avec des sources variées. 

Mes deux années de master sont consacrées à comprendre la mise en place d’un parc national sur un territoire et à analyser la rencontre de deux cultures : une culture environnementale étatique et une culture traditionnelle agricole. Ces deux cultures, lors de la mise en place du parc national des Écrins vont se rencontrer et chacune va chercher à s’affirmer, à défendre son territoire et sa vision de celui-ci. Une grande partie de mon travail consiste à comprendre les représentations de chaque groupe social, marquant le territoire et concernant le milieu montagnard, la vie à la montagne. J’ai donc, dans mes sources, des documents officiels mais aussi des productions culturelles, des témoignages (…).

Inventaire et choix

13, voici le nombre de sources différentes que j’ai. Je n’ose pas compter le nombre de documents : imaginez « oui bonjour, j’ai 13 types de sources, et 666 documents au total, bonne journée! ». N’étant pas tellement superstitieuse je vais ici en faire l’inventaire et expliquer mes choix, sans pour autant mettre le couvert pour une autre. Le côté listing est quelque peu obligé dans cette partie, il permet d’éclairer la partie suivante.

Heidi, capture d'écran YouTube, tous droits réservés, Julia James

Heidi, capture d’écran YouTube, tous droits réservés, Julia James

Les sources numériques (ou comment faire de l’INA son passe-temps favori) sont composées d’émissions de télévision (1) et d’émissions radio (2). Celles-ci me permettent de saisir une époque et ses acteurs. Entendre les voix et saisir les comportements face à la caméra permettent de comprendre les attitudes des personnes. Les émissions regardées ou écoutées peuvent être des reportages de l’époque sur la montagne, sur le ski, des émissions d’actualité ainsi que des émissions thématiques. Il s’agit ici de saisir ce par quoi était bercée la population de l’époque mais aussi de connaître les discours fournis (attention tout de même au format médiatique, on ne dit pas à la télévision ce que l’on dit au fin fond des montagnes).

Dans les sources numériques, j’ai aussi des photos numérisées (3) sur la montagne et sa population, par le parc national des Écrins et les Archives départementales de Gap. Les photos permettent de dresser l’évolution physique du milieu plus facilement (même si moins précisément) qu’avec les données géologiques et biologiques. Un glacier qui recule se voit à l’œil nu, une église qui perd son clocher aussi. Ces sources sont étudiées chez moi, au calme, je vous mets au défi d’écouter une émission radio avec l’accent des paysans de montagne au sein de la BU (oubliez la maison familiale aussi…). Surtout que le casque audio n’est pas une bonne idée pour consulter ces sources, les volumes de voix varient beaucoup et vous risqueriez de perdre l’audition avec les cloches de vaches résonnant dans les prés.

Les sources « nationales » sont assez variées. J’entends ici les documents produits à l’échelle nationale et consultables à l’époque par l’ensemble de la population. La presse (4) avec les journaux tels que Le Dauphiné libéré, la Revue des Écrins, Le Monde, Libération, le Figaro (…) est d’une grande utilité pour connaître les tensions existantes sur le territoire à différentes échelles et concernant la mise en place du parc. Celle-ci permet aussi de saisir les représentations de la montagne à l’échelle nationale et l’importance de celle-ci. La presse permet d’actualiser une histoire plus longue, elle rend compte des effets du passé.

Ce passé des représentations, j’ai décidé de l’explorer avec les sources numériques mais pas seulement. La littérature (5) et les livres de jeunesse (6) sont d’une grande utilité. Je viens de passer un dimanche entier (soit le 20/11/2016) à lire Martine à la montagne, Caroline aux sports d’hiver et Heidi (cette dernière est aussi en dessin animé à partir de 1974). Mis à part le fait d’avoir la chansonnette d’Heidi dans la tête depuis, j’ai pu analyser ce par quoi est bercée la population et comment la population citadine voit la montagne. Ces sources là, se trouvent sur Internet ou ont été achetées (Martine est une ruine), elles sont donc aussi analysées chez moi. Bien entendu, Martine est transportable, mais si vous souhaitez l’analyser dans le train, soyez sûr que vous ne ferez pas la rencontre de votre vie ! (Je n’ose même pas imaginer si vous décidiez de regarder Heidi dans le train, surtout que, pour tout dire, j’ai beaucoup souri en le regardant et chantonné…).

Pour les sources à l’échelle locale, je les ai déjà mentionnées dans les articles précédents. Les archives de village (le village de La Grave-La Meije) permettent de saisir les contentieux et les actes politiques présents sur un territoire. Dans ces sources, il est possible de trouver les bulletins d’informations de la mairie (7), les correspondances diverses mais surtout celles avec le parc (8), les tracts (9). Enfin dans ces sources, il y a celles du parc à proprement parler, qui se composent de cartes (10) et de comptes rendus de réunion (conseil d’administration et conseil scientifique) (11). Ces sources là sont consultées dans les Alpes, prises en photo, puis travaillées à n’importe quel endroit de France et de Navarre. La tablette révolutionne une vie ! Et surtout, elle permet d’économiser du papier, il suffit de zoomer d’un mouvement habile avec le pouce et l’index.

Afin de compléter mon études des cultures et des représentations, j’ai décidé de faire deux enquêtes auprès de la population. Une enquête sous forme de questionnaire est adressée à « l’ensemble » de la population (12) dans le but de connaître les paysages préférés ; une enquête plus spécifique est ensuite adressée auprès de certaines personnes locales (13).

Varier, croiser et explorer : un capharnaüm organisé

Comme expliqué dans les précédents articles, ce sont les sources qui ont formé le déroulé de mon sujet et non pas mon sujet qui a défini les sources (ou presque). Certaines sources, la littérature par exemple, servent d’illustration tandis que les autres sont les moteurs de mes écrits. Si mon paysage n’avait pas bougé sur les photographies, l’envie de faire l’évolution des perceptions ne me serait pas venue. Mes 13 sources me permettent alors de tisser un sujet, d’interroger la montagne.

Feuillet écrit dans mon lieu d'archive, tous droits réservés, Julia James

Feuillets écrits dans mon lieu d’archive, tous droits réservés, Julia James

Au niveau du traitement de celles-ci, la première étape est toujours celle du papier. Pour les émissions, je les retranscris dans leur intégralité ou en tire les idées principales puis je passe en couleur les passages intéressants. Une fois ce travail fait, la deuxième étape consiste à positionner la source dans le questionnement général. Parfois, la source constitue elle-même la problématique d’une sous-partie, d’autres fois, elle illustre une partie. Sur le papier, j’écris donc dans la marge à quelle partie de mon mémoire je rattache cette source, puis je l’explore plus profondément lors de l’écriture à l’ordinateur. Le processus est le même pour les autres sources. Et je pense que cela vient de la localisation de mon lieu d’archives : celui-ci étant loin, je prends des photos, que je trie ensuite. Lors de cette étape, le raisonnement s’établit.

Il s’agit pour ma part de former le squelette en premier et d’étoffer ensuite. Je n’arrive pas à traiter chaque source indépendamment d’une autre, d’où le fait que je ne l’explore pas dans son intégralité dès le début mais au moment de l’écriture. Cette méthode implique alors de rédiger au fur et à mesure son mémoire (ou de faire un plan très détaillé), et surtout d’articuler les sources entre elles préalablement. Puis si une nouvelle source surgit ou si le besoin d’une autre se fait ressentir, il suffit de l’intégrer au squelette préalablement établi.

Bien entendu… quelque peu allergique à l’ordinateur, tout est fait au papier et avec la mémoire. Au moment de l’écriture, soit la source me revient en mémoire (meilleure situation car cela signifie qu’il y a une logique dans l’écriture) et je la consulte, soit je me réfère à mon squelette initial pour des parties plus « théoriques » comme celle sur la mise en place du parc national des Écrins. Travailler sur la rencontre de deux cultures, c’est travailler sur des rebondissements et les expliquer ; lorsque les sources se lient et s’enchaînent, une grande partie du travail est faite. Il est difficile d’expliquer ma méthode ici, celle-ci me correspond, il s’agit de partir d’un fouillis, de créer un nouveau fouillis puis de faire le clair. Il faut selon moi se perdre pour mieux déceler.

Les outils numériques ou l’histoire de ma vie

Alors oui, si je rentre plusieurs sources dans un logiciel et que je leur pose la même question à toutes (quelque soit leur nature) en cliquant sur une touche, miraculeusement ce logiciel va me sortir une sorte de squelette. Cependant, je n’y arrive pas. Il m’est impossible de réfléchir sans le papier et sans la mémoire. La mémoire est un outil, ce qui la marque reste et ce qui n’est pas utile est jeté. L’ordinateur est pour moi un frein à la réflexion, je n’arrive pas à croiser des sources en cliquant sur un bouton, j’ai besoin de comprendre pourquoi je le fais, comment les choses s’articulent. Et puis, utiliser un logiciel tel que Filemaker Pro pour ranger ses sources et les croiser signifie créer des cases. Or, ces cases confinent la pensée et ne permettent pas d’explorer l’ensemble de la source ; la case est trop mathématique, pas assez large, pas assez grande, pas assez ouverte ; du moins selon moi qui ne suit pas très mathématiques…

Filemaker le sauveur ! Tous droits réservés, Julia James

Filemaker le sauveur ! Tous droits réservés, Julia James

Pour ma part, l’ordinateur reste un outil pour faire des statistiques. Là, je reconnais que si j’avais connu FileMaker Pro à la place d’Excel cet été, je n’aurais pas perdu mon taux de patience consacré à l’année 2016. Parce qu’il faut se le dire, Excel, c’est tout simplement « le moyen de ne pas tomber juste dans ses statistiques tant les cases sont rapprochées et que cliquer à côté est facile ».

Un des outils m’ayant été le plus utile est un grand tableau blanc (prendre une porte et y coller du papier spécial tableau). Sur celui-ci, j’écris les idées principales des sources puis, avec une vision d’ensemble, j’établis des plans et enfin, la rédaction se fait. Le tableau blanc a l’avantage de pouvoir prendre du recul et voir les lacunes, les trous à combler. L’outil surligneur est aussi un compagnon sûr, qui ne risque pas de s’éteindre, qui n’attire aucun regard dans le métro, qui a de faibles chances d’être volé. Le papier ne peut pas non plus s’éteindre ou devenir un arc-en-ciel crépitant comme le deviennent parfois les écrans d’ordinateurs.

Crédit image à la une : tous droits réservés Julia James

 

 


Julia James

Après un passage éclair d’un an en classe préparatoire hypokhâgne, j’intègre la licence d’histoire à l’université Jean Jaurès en deuxième année. Durant mon cursus un manque se manifeste, celui de la nature, de l’environnement. Les grands évènements marquent mais quand est-il du cadre général ? Je décide alors de partir en master recherche pour essayer de revenir au rapport homme-nature.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 mars 2017

    […] Julia James, Tous en choeur ! « Heidi ! La petite fille des montagnes » […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *