Voyage au centre des archives

Site des Archives nationales de Pierrette sur Seine.

Site des Archives nationales de Pierrefitte-sur-Seine. Crédit photo: Maxime Séguéla, tous droits réservés.

A l’image de la définition exacte de mon sujet, le sentier menant aux différents fonds d’archives que j’allais utiliser s’annonça difficile. Entre chemin de croix et promenade champêtre, le plaisir d’accéder aux archives présidentielles fut à la hauteur de mes espérances.

Alors que mon premier sujet de Master 1 tournait autour des relations entre les Présidents français et les papes sous la Ve République, mes archives concernaient les sept présidents de la République, et représentaient une masse non négligeable de documents. La plupart de mes fonds d’archives regroupait des « archives présidentielles », stockées sur le site des Archives nationales de Pierrefitte-sur-Seine.

Un provincial à Paris

Le site internet des Archives nationales regroupe presque tous les inventaires en ligne des archives présidentielles. Avant ma première venue à Paris, j’ai donc consulté les inventaires en ligne des Présidents de la Ve République, pour me préparer une liste sur un cahier, des cotes susceptibles de m’intéresser. En réalité, seuls les inventaires en ligne des Présidents Charles de Gaulle, Georges Pompidou et Valéry Giscard d’Estaing étaient disponibles ; ceux des autres Présidents étaient en cours de réalisation, ou tout simplement non disponibles. Qu’à cela ne tienne, je trouverai bien la solution sur place !

Travaillant premièrement sur les visites présidentielles au Vatican, je gardais à l’esprit la règle de communicabilité des archives touchant à la politique extérieur de l’État, qui est de 50 ans. Je comptais trouver aux Archives nationales des documents ayant traits au mandat de Charles de Gaulle seulement, mais aussi des dossiers de presse en rapport avec les autres mandats présidentiels. Je fus déçu. Arrivé sur le site parisien de Pierrefitte-sur-Seine, je me suis rendu compte que la tache était plus compliquée que prévue.

Une simplicité apparente

Terrasse

Terrasse du site de Pierrefitte-sur-Seine, destinée à la pause déjeuner. Crédit photo: Maxime Séguéla, tous droits réservés.

Ma première visite aux Archives nationales fut étrange. En effet, je me suis vite aperçu que cela n’était pas aussi simple que je le pensais. Premièrement, la communicabilité des archives présidentielles était très stricte : aucun document n’est communicable en dessous du délai réglementaire de 50 ans, chose que la présidente de salle du site de Pierrefitte-sur-Seine m’a rappelé comme une évidence. La deuxième épreuve fut celle la réservation des documents : pour consulter des dossiers le lundi, il faut les réserver le vendredi matin. Pour consulter des dossiers à d’autres moments, il vaut mieux réserver la veille, car il faut un délai d’une heure, voir une heure et demi pour pouvoir les avoir en main, ce qui veut dire autant de temps d’attente à ne rien faire. On m’a une nouvelle fois rappelé que l’on n’était pas à Toulouse, aux Archives départementales ou régionales… J’ai cru m’en apercevoir!

J’ai ensuite voulu faire une demande de dérogation pour les archives du fonds Giscard d’Estaing : la personne responsable d’aider les étudiants en détresse se montra volontaire et m’aida à faire ma demande de dérogation, que je fis cependant mal. La dernière petite épreuve a concerné le nombre de cartons disponible à la lecture en un jour : seulement 5. Après avoir expliqué d’où je venais, on m’augmenta cependant mon quota à 10 cartons (un courrier de mon professeur référent allant dans le sens de cette demande a sans aucun doute aidé).

Cette première visite aux Archives nationales fut donc décevante car peu de documents me furent ouverts. En revanche, la chose qui me consola fut la pause déjeuner. En effet, la terrasse extérieure destinée à cette tâche est très agréable et les repas proposés sont très bons et gourmands.

Une seconde visite plus que plaisante

Ma seconde visite aux Archives nationales était forcément plus préparée car je connaissais maintenant les travers et les astuces de leur fonctionnement. De plus, mon sujet s’étant affiné autour des Présidents René Coty et Charles de Gaulle, leurs fonds d’archives étaient disponibles sans dérogations. J’ai donc trouvé beaucoup de documents ayant traits à mon sujet, ainsi que bon nombre de cartons concernant la IVe République.

Il est particulièrement touchant d’avoir entre les mains un papier signé ou écrit par un Président de la République. Certains documents, comme dans mon cas précis ceux traitant d’un possible concordat secret entre la France et le Saint-Siège en 1953, donnent l’impression d’avoir un « bout d’histoire » entre les mains. Mais ce qui est peut être le plus plaisant est le fait de feuilleter des cartons d’archives et de trouver un document « inattendu », qui ne faisait pas l’objet de mes recherches. Selon moi, il n’y pas d’archives rêvées. En effet, je pense que dans les trois quart du temps le chercheur trouve (ou ne trouve pas) ce qu’il cherche. Il y a peu de chance de tomber sur une information capitale au hasard, dans la masse de cartons d’archives.

 

Crédit image à la Une : Archives nationales, site de Pierrefitte-sur-Seine. Maxime Séguéla, tous droits réservés.

 


Maxime Séguéla

Titulaire d'une licence d'histoire à l'Institut Catholique de Toulouse, je suis actuellement en seconde année Master à l'Université Toulouse Jean-Jaurès. Pour mon Master 1, j'ai choisi de m’intéresser aux relations qui unissent les présidents français, les papes et la religion, et plus précisément les présidents René Coty et Charles de Gaulle. Pour cette année de Master 2, je vais m'intéresser à la question du président François Mitterrand et de la religion, toujours sous l’œil bienveillant de Mr Foro.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 16 février 2017

    […] cela fut expliqué dans le billet concernant les archives, la recherche pour obtenir certaines sources et pouvoir les consulter s’avère difficile, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *