Future chronique marxienne

Château de Loroy/le Grand Meaulnes

Château de Loroy/le Grand Meaulnes, tous droits réservés

Après avoir réfléchi pendant deux ans sur les relations qui unirent Alain-Fournier, Jacques et Isabelle Rivière, il a fallu un jour faire part du résultat de ces recherches. Ce jour-là, le mémoire de Master 1 fut livré au jugement d’un jury compétent. Et les ennuis commencèrent…

La soutenance de Master 1 a été l’occasion de mesurer les lacunes et les défauts du mémoire : le principal défaut reproché a été le manque de fil directeur de la recherche, une sorte de travail « à tiroirs » manquant d’unité. En travaillant sur le trio de personnages, puis sur un personnage central, je ne suis pas parvenue à créer une unité autour d’un groupe. Je souhaitais travailler sur la question de la transmission des oeuvres d’Alain-Fournier (l’auteur du Grand Meaulnes, mort en septembre 1914) et Jacques Rivière, son ami et beau-frère, par leur soeur et épouse, Isabelle Rivière. Veuve en 1925, elle devient l’héritière d’une double oeuvre littéraire. La découverte d’un scénario inabouti du Grand Meaulnes est devenu le coeur de la recherche, mais un manque de rigueur méthodologique a rendu le résultat décevant (ou perfectible).

Quelle chronologie pour quelle histoire?

Par ailleurs, le bornage chronologique était problématique. L’histoire racontée s’est déroulée en deux temps : elle commence avant la Première Guerre Mondiale et s’achève au début des années 1960. En préparant la soutenance, j’ai compris qu’il fallait modifier l’orientation du travail : il fallait réfléchir à une histoire plus collective, une « histoire sociale littéraire » selon l’expression de Patrick Cabanel. Il était en tout état de cause important de conserver Isabelle Rivière comme personnage central.

Enfin, la source (le scénario inabouti) a été sous-exploitée. Elle sera réutilisée pour le mémoire de Master 2, de manière plus rationnelle. Des erreurs de méthode ont été commises, entre autres concernant l’utilisation du numérique : une base de données aurait probablement permis de préciser les relations entre les personnages, de mettre en avant les lignes fortes et les mises en perspectives. Sans elle, le travail a avancé à l’aveuglette. Dès lors et par conséquent, le sujet reste identique, mais la méthode sera a priori plus scientifique. Il s’agit d’établir une réflexion cohérente autour de la personnalité d’Isabelle Rivière et de son entourage. Il faut également trouver une cohérence chronologique. C’est le sens de cette « future chronique marxienne » : raconter une histoire concrète et collective, l’histoire d’un groupe d’intellectuels convertis au catholicisme dans les années 1910-1920 au prisme d’une vision marxienne. Comment ont vécu ces acteurs d’une histoire s’étalant tout au long du XXème siècle et racontée par des femmes ?

S’il n’y a pas eu d’interactions avec d’autres chercheurs, la petite-fille de Jacques et Isabelle Rivière, propriétaire des archives, suit activement l’évolution de la recherche.

Et ensuite?

karl marx wikipedia commons

Karl Marx/ Creative Common

La progression du travail dans le temps dépend de circonstances complexes et concrètes. La rédactrice du mémoire et la propriétaire des archives ont des profils communs : il s’agit de femmes avec enfants, soumises à des contraintes de vie quotidienne. Leurs emplois du temps respectifs doivent se coordonner, afin de poursuivre le dépouillement des cartons d’archives situés à Bordeaux.

Il serait pertinent de rédiger courant novembre une mise en ordre de la problématique et une première introduction. Si au mois de décembre un plan construit était élaboré, ce serait bien ;  le fil directeur et la base de données permettraient alors de travailler de façon rationnelle (ou marxienne).

Crédits image à la Une : CC Flickr Gravitat-Off


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 1 novembre 2016

    […] Dominique Dath, Future chronique marxienne […]

  2. 16 février 2017

    […] pour réaliser la base de données dont j’ai vraiment besoin dans la perspective racontée dans le premier billet. J’imprime les sources pour les annoter, j’ai besoin du contact avec le papier afin de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *